[COVID-19] Allocations familiales pour étudiants

Le jeune étudiant peut continuer à bénéficier des allocations familiales selon certaines conditions, notamment celle de ne pas travailler + 240 heures par trimestre.  
Il faut aussi faire une différence entre le jeune né au plus tard le 31 décembre 2000 (toutes les activités salariées sont prises en compte pour le calcul des 240 heures) et ceux nés à partir du 1er janvier 2001 (les contrats d’étudiants ne sont pas pris en compte).

Beaucoup d’entre-eux sont appelés en renfort en raison de la crise sanitaire que nous vivons, notamment les étudiants en médecine, soins infirmiers, ...

Afin de ne pas pénaliser ces jeunes, il a été décidé de ne pas tenir compte des contrats d’étudiants dans la norme des 240 heures, pour les jeunes nés au plus tard le 31 décembre 2000.  

 

Cette uniformisation permet de traiter tous les dossiers d’étudiants de la même manière, quant à la norme des 240 heures. Cette directive est d’application jusqu’à la fin du deuxième trimestre (soit fin juin), mais pourrait être prolongée.

Au-delà du droit conditionnel, le jeune étudiant dans l’enseignement non supérieur bénéficie d’allocations familiales pour autant qu’il suive au moins 17 heures de cours par semaine. Il peut arriver dans certains cas que les stages obligatoires comptent dans cette norme des 17 heures de cours. Le fait de ne pas pouvoir réaliser ces stages à cause du confinement imposé fait dès lors tomber le nombre d’heures sous le seuil des 17 heures par semaine.

 

Afin de ne pas pénaliser les jeunes pendant le confinement, il a été décidé de déroger à l’obligation de suivre les cours à raison d’au moins 17h par semaine.

Le gouvernement fédéral a d’ailleurs décidé de ne pas tenir compte des heures prestées par le jeune sous contrat d’étudiant pendant le deuxième trimestre 2020, dans le contingent des 475 heures par an.

 

Où m’adresser ?  

Auprès de ma caisse d’allocations familiales :

Camille

Infino

Parentia

Kidslife

Famiwal